Total Warr l’interview

Written by Michaël. Filed under Interview, Nouveauté. Bookmark the Permalink. Post a Comment. Leave a Trackback URL.

total_warr_bring_your_jack_interview

L'occasion est trop belle. On profite de la parution de la superbe reprise des Total Warr sortie au moment des fêtes pour dévoiler notre entretien avec ce même duo parisien. On les avait rencontré le mois dernier pendant la dernière soirée Curiosités du Bikini. C'est dans la salle de changement de plateau que la rencontre a eu lieu. On apprenait alors que Guillaume et Benjamin étaient dans l'attente de leur troisième musicien, toujours pas arrivé à quelques heures à peine avant leur concert. Heureusement, ledit retardataire est arrivé à l'heure et l'audience a eu droit à une prestation qui valait le déplacement, notamment pendant ce xxx Hate xxx. Retour sur cet entretien donc, on vous laisse par ailleurs découvrir leur anecdote de concert qui nous a beaucoup faite rire !

Comment s'est formé Total Warr ?
Benjamin : Dans ma chambre.
Guillaume : On se connaissait depuis longtemps. On se disait qu'il faudrait vraiment faire de la musique ensemble, on avait chacun notre groupe respectif puis un jour on s'est retrouvé à Euro Disney, du coup le lendemain on faisait rien, on s'est retrouvé pour faire du son et comme on est tous les deux batteurs, difficile d'installer deux batteries, mais on avait des jouets, des vieux synthétiseurs La Redoute, une guitare désaccordée. On a commencé à faire un morceaux puis comme ça fonctionnait bien entre nous on a continué.

Comment définir votre univers musical ?
Benjamin : Désinvolte !
Guillaume : Une musique sur messagerie depuis des mois ouais ouais, depuis des mois ouais ouais ! Est-ce qu'il y en a qui vont comprendre cette référence ?
Benjamin : Je dirais pop avant tout mais surtout libre en fait, on se met pas de barrières, ça peut parfois être compliqué quand on se retrouve avec dix morceaux, on se dit putain la vache, on a un truc punk, un truc folk, un autre truc electro. On aime bien dire aussi que Total Warr c'est le projet qui nous réunit puisque dès qu'on est tous les deux c'est Total Warr, si on avait une sandwicherie ensemble, elle s'appellerait Total Warr aussi !

Quel est le processus de création d'un morceau chez Total Warr ?
Guillaume : En fait ça évolue, en gros on a une idée de base, une boucle qui est trouvée par exemple. On se fixe surtout pas de limite, la plupart des groupes vont se dire : c'est pas assez comme ci, c'est pas assez comme ça. Nous on prend tout on enregistre et on regarde. Parfois pendant quatre jours on tâtonne mais on trouve rien et puis d'un coup en deux heures tout se débloque.
Benjamin : La seule recette qu'on applique vraiment c'est le côté puzzle, dès qu'on est certain d'une boucle, on se dépêche d'enregistrer par exemple une rythmique enregistrée à l'arrache avec des baguettes sur une table, même si c'est mal joué, pas grave on garde puis après on construit. C'est assez spontané mais on prend le temps de faire des pauses et de prendre du recul.

Votre actualité ?
Benjamin : Là on a fini de mixer un nouvel EP qui sort en Janvier, et on compose toujours en vue d'un premier album.

Comment s'effectuent vos collaborations pour vos remix ?
Benjamin : Ça dépend, pour Is Tropical, on a envoyé un mail, ils ont dit qu'ils connaissaient notre groupe, ils étaient chaud pour un échange de remix. On a aussi remixé les Naïve New Beaters récemment, c'est des potes à nous. Club Cheval aussi. Puis il y a eu Alixander III, on adore son projet techno bien deep, on kiffe, on pensait pas qu'il nous répondrait mais si en fait donc c'est cool. Également Stepdad, un groupe que j'ai rencontré aux États-Unis. Après c'est pas un domaine où on excelle non plus, c'est vraiment un truc de producteur je pense. Tu vois, Yuksek il fait de bon gros remix, et niveau producteur c'est un tueur !

Votre premier et dernier CD acheté ?
Guillaume : Les premiers c'était à mon anniv, j'ai eu le coffret trois disques de Dance Machine et le premier album des Rage Against the Machine. Et à partir de là, ça a posé les base, je me suis dit c'est parti !
Benjamin : Moi le premier je crois que c'était la B.O. du Grand Bleu, après y a eu Michael Jackson, et Queen. Et sinon mon dernier achat, c'est l'album des Stuck in the Sound.
Guillaume : Moi le dernier, vu que je suis passé dans le troisième millénaire avec Spotify, c'est le nouvel album de Guilty Simpson. Je suis un gros fan.

Votre péché mignon musical ?
Guillaume : Moi c'est la variété française, Alain Souchon, Brassens...
BYJ : C'est pas vraiment un pêché mignon ça.
Guillaume : D'accord alors je surenchéris avec Michel Polnareff, Francis Cabrel... Ah mais tu veux un truc vraiment dégueulasse ? Mais j'ai pas vraiment de honte dans ce que j'écoute... Quoi que par exemple c'est merdique mais j'adore Shaggy (rires). Après on écoute vraiment de tout, regarde quand on fait des Dj Sets, les gens se plaignent parce qu'on enchaine un Black Lips avec un Zouk Machine, puis avec un Nightcrawlers mais c'est ce qu'on écoute !

Auriez vous une anecdote arrivée pendant un concert à nous raconter ?
Guillaume : Alors j'ai une très bonne anecdote mais c'était pas avec Total Warr mais avec le troisième musicien qui n'est d'ailleurs toujours pas arrivé ! D'ailleurs message pour toi, on espère que tu seras là à l'heure, on t'embrasse. Bref, on jouait avec Toxic Avengers, l'an dernier au festival Aucard de Tours, et c'est devenu le chaos, les gens sont montés sur scène, y en a un qui montrait son cul, d'autres qui tapaient sur les synthés, ils étaient cinglés, puis y a une fille qui est montée sur scène et mon pote jouait de la guitare, on était en plein concert et là elle lui tape à l'épaule et elle fait : "excuse moi t'aurais pas vu mon sac? ". Et il était en galère en train de lui expliquer qu'il était en train de jouer (rires). Voilà, je trouve que celle là elle est vraiment bonne, c'est vraiment un truc qui t'arrive pas souvent !

Enfin, un adjectif pour décrire l'autre ?
Guillaume : Gros tas !
Benjamin : La béquille !
Guillaue : Ok, dans ce cas là je vais dire la commode et le buffet ! (rires)
BYJ : Merci les gars.
Guillaume : Merci à vous et longue vie à Bring Your Jack !

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>